Get Adobe Flash player

Convocation du conseil municipal du 29 avril 2018

Intervention de Bernard Rieu au conseil communautaire de la CCPU

Afin d’analyser votre politique M le président, je vais faire un comparatif  avec les choix de nos voisins à savoir l’agglomération  du Gard Rhodanien   et la CCPG.

Je vais m’appuyer sur 3 points ; le développent économique, la petite enfance et les fonds de concours.

Sur le développement économique, le Gard rhodanien  possède 14 zones d’activités, la CCPG a 7 zones en capacité d’accueillir des entreprises, ils viennent  de construire 4 ateliers relais à

 Théziers.

Pour la CCPU , nous n’avons qu’une zone en capacité d’ accueillir des entreprises , la zone de Lussan  qui est excentrée et qui présente  des points faibles  .

Nous avons donc une offre trop limitée  et  un retard important dans ce domaine.

Sur  la petite enfance, le Gard rhodanien offre   462 places en crèches collectives soit une place pour 156 habitants.

La CCPG  a 178 places en crèches soit une pace pour 140 habitants.

Dans le Gard , les crèches collectives offrent 4481 places  soit une place pour 165 habitants.

 

A  la CCPU , nous avons 98 places  soit une pace pour 300 habitants .

Dans ce secteur aussi, nous sommes très  à la traine.

Lorsque la CCU a pris la compétence petit enfance, il avait été acté de créer de nouvelles structures d’accueil pour mailler le territoire mais je vois que vous n’envisagez aucun investissement de ce coté la.

Le vice président en charge de la petite enfance met en opposition  l’accueil collectif et l’accueil avec les Assistances maternelles. Ce sont deux modes de garde différents qui se complètent et qui répondent à des choix différents des familles. Je précise  que la charge financière pour une famille est plus lourde lorsque l’enfant est pris en charge par une assistante maternelle. 

Votre refus de créer de nouvelles structures d’accueil pénalise les familles de la CCPU.

Sur les fonds de concours, l’agglomération  du Gard Rhodanien a une doctrine comme la CCPG .

Chaque  communes du Gard Rhodanien peut bénéficier de ces fonds à hauteur de 5000 euro par an , les grosses communes ayant droit à des sommes plus importantes .

Les communes de la CCPG ont aussi la possibilité d’avoir des fonds de concours, la CCPG a établi un règlement  qui favorise les communes qui ont un potentiel fiscal faible et  liste les actions qui peuvent être subventionnés à des taux de 10 à 20 % .

  Du coté d la CCPU , aucune doctrine  pour les fonds de concours . En 2017 ,  Uzès a bénéficié de 800 k€ au titre des fonds de concours sur les 805 investi  , les villages se sont répartis 5     k euros  

Uzès qui représente  30 % de la population de la CCPU a ainsi capté 99.3%  des fonds de concours, quand aux autres communes, elles se sont partagées royalement  0.7 % de la somme totale.

 En outre , après avoir  largement financé la ville d’Uzès à travers les fonds de concours , vous avez unilatéralement décidé de les supprimer.

Je m’élève contre  cette politique qui concentre la quasi-totalité des investissements sur Uzès.

Je vous demande Monsieur le président  de rétablir ces fonds de concours et  d’élaborer collectivement une doctrine pour l’attribution de ces fonds.

Informations municipales

La commune  vend 3 tilleuls de 20 ans  au prix de 50 € par arbre. L’acquéreur  prend en charge  l’arrachage et le transport de l’arbre.

B  Rieu

Convocation du conseil municipal du 13 avril 2018

Agenda municipal du 9 au 15 avril 2018

Agenda municipal du 3 au 7 avril 2018

Mardi

8h : Ouverture  de l’enquête publique sur la carrière

9h30 : Installation  du bâtiment  provisoire pour l’école.

18h : Réunion avec les parents d’élèves

 

Mercredi

8h : Don du sang  à l’hôpital d’Uzès

18h30 : Réunion de travail

 

Samedi

11h : Invitation à l’inauguration  de la mairie / foyer de la Bruguière

Intervention de Bernard Rieu au conseil communautaire de la CCPU du 26 mars 2018

En préambule, je veux aborder un point qui me tient à cœur.

A Vallabrix, nous allons lancer dans quelques semaines la construction d’une école et d’une nouvelle cantine. L’école est portée par la commune, le SIRP construit la cantine. 

Au printemps 2017, le président du SIRP envoie deux courriers : l’un à la présidente de la région Occitanie, l’autre au président de la CCPU pour solliciter une aide afin de concrétiser ce projet.

Les services de la région ont enregistré rapidement notre demande.

Récemment, la Région nous a informé qu’une subvention  de 10% du montant des travaux nous était accordée.

 Par contre, du côté de la CCPU, aucun retour : rien, pas même un accusé de réception ou un courrier de refus.

On aurait pu s’attendre à ce que l’indifférence vienne de la collectivité qui siège si loin de nous. Mais, de la part de la communauté de communes, ce manque d’intérêt a de quoi surprendre.

Comment faut-il interpréter ce silence de vos services, Monsieur le Président ? Comme une négligence face à une demande qui n’émane après tout que d’une petite commune ?

Je reviens maintenant sur votre proposition de budget pour 2018.

Nous avons des compétences, pour certaines, à mon sens, nous ne les exerçons pas d’une façon satisfaisante.

Lors du dernier conseil communautaire, à ma demande, vous avez été contraint de donner des chiffres  sur le taux de refus pour les admissions dans les crèches de la CCPU . 30%  des familles n’ont pas accès aux crèches collectives.  Et même si on parvient à grappiller quelques places supplémentaires, l’offre restera insuffisante face aux besoins : avec une place proposée pour 300 ha, nous sommes  bien loin du compte.

Si nous exercions pleinement notre compétence économique, nous  devrions  être en mesure de garder nos entreprises  et d’en attirer  de nouvelles. Malheureusement  ce n’est pas le cas.

La conserverie Champlat est installée à Saint-Quentin  depuis 25 ans, c’est Nicole Bouyala qui avait tout mis en oeuvre pour l’accueillir. Avec le développement  du bio, Champlat  doit   s’agrandir.

L’entreprise voulait rester sur notre territoire mais nous avons été dans l’incapacité  de  lui proposer un site : la conserverie  Champlat  quitte donc Saint-Quentin pour s’installer à  

Tresque . Les employés vont devoir faire le trajet et notre territoire perd une belle entreprise pleine d’avenir.  

Tout ce que vous nous proposez en matière d’investissement, c’est le centre culturel  l’Ombière   qui représente 70 % de l’investissement de la ccpu .

Sur les  3810 k€ ,   l’investissement pour le développement économique est quasi inexistant .

La compétence économique qui est essentielle pour notre territoire est le parent pauvre de ce budget. A mes yeux , on prépare mal l’avenir de l’Uzège.

 

Je vous demande de revoir votre feuille de route en mettant l’accent sur l’accueil de nouvelles entreprises, le développement du secteur agricole et en construisant des équipements publics adaptés aux besoins de la population.

Compte-rendu du conseil municipal du 6 mars 2018


Agenda municipal du 26 au 30 mars 2018

Agenda municipal du 19 au 25 mars 2018

Lundi

18h30 : Réunion de la commission permanente de la CCPU

 

Mardi

10h : Rencontre  ave Denis  Lanoy

18h : Conférence  des maires Réunion de travail pour le PETR


Mercredi

11h : Réunion avec M  Serre électricien

13h30 : Réunion avec M  Jolu du SATESE (contrôle assainissement)


Samedi

12h : Assemblée générale de Nature et Progrès

15h : Invitation des panneaux photovoltaïque  de Sanilhac

Agenda municipal du 12 au 17 mars 2018

Mise au point de Bernard RIEU

Dans le Républicain du 22 février,  Denis Bancillon   a rédigé un article à charge contre le maire de VALLABRIX. Je veux donc apporter les éléments suivants pour que vous ayez une information objective.

En tant que conseiller communautaire de la CCPU , j’ai pris position publiquement  contre une nouvelle zone commerciale à Montaren .En effet , je considère  que la multiplication des zones commerciales vide les centres villes  de leurs commerces  et participent à l’étalement urbain qui faut limiter au maximum. De plus avec le développement du commerce en ligne, les magasins physiques voient leur fréquentation diminuer et certaines zones commerciales sont en perte de vitesse.

Un collectif s’est constitué et de très nombreux citoyens de l’Uzège se sont mobilisés contre ce projet.

Je pense que nous devrions tout   mettre en œuvre pour développer le tissu économique qui favorise la création de richesses sur notre territoire : créer des pépinières d’entreprises, des ateliers relais, des zones artisanales et avoir une politique volontariste pour installer de jeunes agriculteurs et agricultrices. Denis  Bancillon pense au contraire que la zone des Sablas est une opportunité pour le pays d’Uzès, parce qu’elle permettrait aux consommateurs de bénéficier des effets de la concurrence commerciale. Cet argument, relayé par tous les libéraux,  est  surprenant de la part d’un producteur qui essaie de développer des circuits courts. Ces positions divergentes font partie du débat démocratique.

Dans le même article, Denis Bancillon dénonce la vente d’un bâtiment préfabriqué et met en cause l’honnêteté du maire de Vallabrix. Tout d’abord, je précise qu’avec l’accord du conseil municipal, j’ai proposé à l’association ARRU qui veut installer une recyclerie à Vallabrix de lui céder ce bâtiment  pour l’euro symbolique. L’association a décliné cette proposition car le démontage et le remontage du  préfabriqué par une entreprise engendrait un coût prohibitif.

Nous avons donc pris la décision de vendre en l’état ce bâtiment, nous avons mis une annonce sur le  bon coin. C’est un artisan de Lunel qui a acheté le préfabriqué, à charge pour lui de le démonter et de le réinstaller. Le conseil Municipal a donné son accord pour cette vente qui nous évitait d’avoir à gérer et à financer le démantèlement de ce bâtiment.  

Denis Bancillon cherche à s’opposer systématiquement   au maire de Vallabrix ,  pour cela , il n’hésite pas à franchir la ligne rouge  en avançant des contrevérités et  en  jetant la suspicion sur une décision communale.

Je lui conseille de venir assister aux conseils municipaux et aux réunions publiques, il n’a que la rue à traverser pour participer à la vie publique de Vallabrix.

 

Convocation du conseil municipal du 6 mars 2018

Agenda municipal du 5 au 10 mars 2018

Intervention de Bernard Rieu lors du conseil communautaire du 12 février 2018 Concernant le projet de centre culturel et de congrés

 

En analysant ce projet, je suis de plus en plus convaincu qu’il s agit d’un projet surdimensionné  pour notre territoire. Il faut bien entendu une salle  culturelle  sur Uzès  mais pas d’une capacité de 1400 places.

En regardant  les aglos ou les communautés de communes   voisines, je constate qu’ils ne se lancent pas dans de tels projets. 

Ce projet est couteux en investissement et sera très  lourd en fonctionnement,  Je pense en outre que le taux d’occupation de cette structure ne sera pas optimal et que ce centre sera sous utilisé. Par contre,  vous avez  abandonné en 2013  le projet de la piscine alors que les bassins nautiques sont les  équipements publics les plus fréquentés

Tous les moyens de la CCPU  vont être engloutis dans ce centre culturel et de congrès.

On n’envisage  aucun autre investissement pour des équipements publics  qui sont  pourtant  nécessaires : nouvelle crèches, bassin nautique, cuisine  collective privilégiant  les circuits courts.

 Sur le plan économique, pas d’investissement  pour soutenir l’agriculture, pas de projet de pépinières d’entreprises.

J’ajoute  que vous avez supprimé  les fonds de concours  qui certes  étaient modestes mais qui permettaient de soutenir les projets des communes  de notre communauté.  La CCPU  ne doit pas devenir un outil exclusivement  au service d’Uzès mais elle doit agir pour un développement équilibré de notre territoire.

 

En conséquence,   je vais voter contre cette délibération.

 

Résultats vote : 6 contre et 8 absentions