Get Adobe Flash player

Expression des élus

La commune met en vente les éléments suivants :

  • Une bétonnière thermique
  • Une voiture hippomobile
  • Des cuves  métalliques à fuel

Informations municipales

La commune  vend 3 tilleuls de 20 ans  au prix de 50 € par arbre. L’acquéreur  prend en charge  l’arrachage et le transport de l’arbre.

B  Rieu

Mise au point de Bernard RIEU

Dans le Républicain du 22 février,  Denis Bancillon   a rédigé un article à charge contre le maire de VALLABRIX. Je veux donc apporter les éléments suivants pour que vous ayez une information objective.

En tant que conseiller communautaire de la CCPU , j’ai pris position publiquement  contre une nouvelle zone commerciale à Montaren .En effet , je considère  que la multiplication des zones commerciales vide les centres villes  de leurs commerces  et participent à l’étalement urbain qui faut limiter au maximum. De plus avec le développement du commerce en ligne, les magasins physiques voient leur fréquentation diminuer et certaines zones commerciales sont en perte de vitesse.

Un collectif s’est constitué et de très nombreux citoyens de l’Uzège se sont mobilisés contre ce projet.

Je pense que nous devrions tout   mettre en œuvre pour développer le tissu économique qui favorise la création de richesses sur notre territoire : créer des pépinières d’entreprises, des ateliers relais, des zones artisanales et avoir une politique volontariste pour installer de jeunes agriculteurs et agricultrices. Denis  Bancillon pense au contraire que la zone des Sablas est une opportunité pour le pays d’Uzès, parce qu’elle permettrait aux consommateurs de bénéficier des effets de la concurrence commerciale. Cet argument, relayé par tous les libéraux,  est  surprenant de la part d’un producteur qui essaie de développer des circuits courts. Ces positions divergentes font partie du débat démocratique.

Dans le même article, Denis Bancillon dénonce la vente d’un bâtiment préfabriqué et met en cause l’honnêteté du maire de Vallabrix. Tout d’abord, je précise qu’avec l’accord du conseil municipal, j’ai proposé à l’association ARRU qui veut installer une recyclerie à Vallabrix de lui céder ce bâtiment  pour l’euro symbolique. L’association a décliné cette proposition car le démontage et le remontage du  préfabriqué par une entreprise engendrait un coût prohibitif.

Nous avons donc pris la décision de vendre en l’état ce bâtiment, nous avons mis une annonce sur le  bon coin. C’est un artisan de Lunel qui a acheté le préfabriqué, à charge pour lui de le démonter et de le réinstaller. Le conseil Municipal a donné son accord pour cette vente qui nous évitait d’avoir à gérer et à financer le démantèlement de ce bâtiment.  

Denis Bancillon cherche à s’opposer systématiquement   au maire de Vallabrix ,  pour cela , il n’hésite pas à franchir la ligne rouge  en avançant des contrevérités et  en  jetant la suspicion sur une décision communale.

Je lui conseille de venir assister aux conseils municipaux et aux réunions publiques, il n’a que la rue à traverser pour participer à la vie publique de Vallabrix.

 

Vœux du maire 2018

Au nom de l’ensemble du conseil municipal, je vous présente mes vœux de santé, prospérité et bonheur pour 2018. 

J’ai une pensée pour les personnes du village qui connaissent des problèmes de santé, je souhaite de tout cœur que leur situation s’améliore.  J’ai vu récemment   quelques personnes âgées du village : Mme Alleau, notre doyenne, qui a eu 96 ans en janvier va bien, Mme   Roudil qui va sur ses 92 ans  se porte bien aussi.

Nous avons eu deux décès en 2017 : Eliane Pujolas le 27 juin et Jean-Marie Andrei  le 20 décembre.

Il y a eu 5 naissances au cours de l’année dernière : Martin Ethan Carta le 28 juillet, Michel Monica Bauman le 5 août , Gabin Courtin le 20 août , Louise François le 12 octobre ,  Margot Stampone le 22 octobre  et Léa Stasiewski le 15 novembre.

Notre population continue donc d’augmenter, au rythme de 0,7% cette année : un dynamisme supérieur à celui de notre pays en 2017 (0,3%).

Je tiens à féliciter   Alizée  Rieu pour le formidable parcours qu’elle a réalisé, elle a bien représenté  notre Région et notre commune dans ce concours.

Plusieurs  familles se sont installées  récemment ou vont le faire sous peu : M   Sébastien Kehren s’est installé ave sa compagne  rue des Aires dans l’ancienne maison de M. Vrignon ,  Bénédicte  et  Cyril   Lopez  se sont installés avec leurs enfants rue des Aires,  

Monsieur Quertigniez a acquis les maisons de Marcel et Marie-Andrée Boutaud au Planet : il y réalise  des travaux pour faire plusieurs logements. La famille DOMENGES a déjà emménagé dans une nouvelle construction  rue des Liquières , Virginie  EL Brazi va revenir au village avec sa famille, dans une maison qui se bâtit  également aux Liquières.

Monsieur et Madame Dance  ont aménagé dans la maison qui appartenait à Lucette  François.

Monsieur et Madame Duffaud  se sont installés dans une maison place de l’horloge au printemps dernier .

Joël Rozier et Manon  Favand ont acquis la maison ronde , ils y font actuellement des travaux qui vont mettre en valeur ce beau bâtiment.  Madame Tahr-Chaouche  s’est installée à la montée de la Garrigues, Marion Palazzo et Frédéric Savonne sont devenus propriétaires de la maison  rouge qui appartenait  à la famille Lumbroso.   M. Guin  et Mme  Baxter ont acheté la maison de Philippe Marie et vont s’installer avec leurs enfants en  septembre. Enfin Fabien Leclercq   a fait valoir ses droits à la retraite et habite désormais rue Bel Air.

C’est une satisfaction de voir plusieurs couples choisir  Vallabrix pour s’établir. Je souhaite la bienvenue à toutes ces personnes.

En 2017, nous avons terminé la réfection des chemins ruraux et goudronné certaines rues du village,

Nous avons peu investi en 2017, préférant thésauriser pour la construction de la nouvelle école.

Nous pouvons réaliser ce projet important pour la Commune sans avoir recours à l’emprunt. Néanmoins, vu le faible niveau des taux d’intérêt actuel, nous étudierons s’il est opportun de recourir à un emprunt étant donné que la Commune est peu endettée.

La construction va démarrer en mai 2017 pour une livraison en juin 2019. Nous allons être mobilisés par ce beau projet pendant deux ans.

Parallèlement, nous avons fait étudier la création d’une voie de desserte de l’école qui traversera la propriété d’Irène François. Cet ouvrage présentera de nombreux avantages :

  • Mise en place d’un sens unique évitant que les véhicules (bus et voitures) se croisent devant l’entrée du parking de l’école et de la salle socio-éducative.
  • La création d’un accès direct sur la RD5   facilitant  le passage  des  bus scolaires  et des services du SDIS
  • La possibilité  offerte par cette voie de relier à l’école le nouveau quartier qui sera implanté  à l’entrée du village.

Nous avons déposé un dossier au département pour demander une subvention  au titre des amendes de police.

Nous avons déposé un dossier pour récupérer gratuitement des végétaux auprès de la pépinière départementale. Le groupe de bénévoles est en train d’installer ces végétaux à la place de l’horloge, en bas de la rue des remparts, route de Bagnols  et devant la déchetterie. Notre village va s’embellir avec ces plantations, je tiens une nouvelle fois à remercier Hervé Depasse , Nicolas Stampone , Yvan Greer , Gaston  Beteille , jack Mazier et Jacques Brun .

Ce groupe qui agit aussi pour la protection de notre environnement souhaite accueillir d’autres  bénévoles pour être encore plus efficace.

Le village vit et devient attractif grâce à l’action des bénévoles qui s’investissent dans les associations et proposent des animations de qualité tout au long de l’année. Le CM  a créé une commission culturelle, dotée d’une subvention, pour leur permettre de se fédérer et de mutualiser leurs dépenses.

Je voudrais saluer le travail effectué au sein de la médiathèque, tant pour le service au public du village que pour le lien avec l’école. La médiathèque maintient vivant le goût de la lecture et contribue à le développer chez les enfants.

En rentrant dans le réseau intercommunal à partir du mois de mars, notre médiathèque va offrir des possibilités nouvelles à ses usagers. Je remercie Marie-Hélène Vaux, responsable bénévole, de son implication dans la mise en réseau.

La baisse continue des dotations de fonctionnement allouées par l’état et la  suppression de la taxe d’habitation qui ne sera pas compensée intégralement par l’état va fragiliser les finances des communes. Pour autant, je pense qu’il faut conserver l’échelon communal qui assure le mieux la proximité de la population avec les élus communaux. Les populations et les élus locaux devront être vigilants pour faire vivre les communes.

Enfin, je ne voudrais pas clore ces vœux sans un mot de remerciement pour les personnels de la commune et du SIRP. Leur investissement est décisif et c’est grâce à eux que les habitants peuvent se sentir bien dans leur village.

Pascale Fanton, secrétaire à la Bastide d’Engras et Aurélie Platon, secrétaire à Saint-Hippolythe ont pris en charge les tâches administratives du secrétariat en l’absence de J. Carcenac. Leur  efficacité nous a été d’un grand secours.

Nous allons recruter un agent de catégorie B, un rédacteur, sur un poste de 35H, pour remplacer les départs de J. Carcenac et de Nadine Pagès.

Aurélie Platon en complément de son service principal à Saint Hippolyte sera employée sur un poste d’adjoint administratif à raison de 6H/semaine.

En 2018, avec l’ensemble des élus, je continuerai   à être à vos cotés, n’hésitez pas à venir à la mairie, c’est votre maison. Je vous invite à prendre le verre de l’amitié.

INTERVENTION de Bernard Rieu lors de la réception de Guy et Cathy Vignal et Alizée Rieu

  Nous sommes réunis   pour honorer 3 citoyens de notre village  qui se sont distingués récemment.

Cathy et Guy  Vignal qui ont été promu à l’ordre du mérite agricole  et Alizée Rieu  qui a été élue miss Languedoc  Roussillon.

 Je salue la présence de Christophe Milesi  président de la cave coopérative de st Quentin ainsi qu’André Pichot  ancien président.

Je tiens à remercier M Alleau doyenne  du village d’avoir fait l’effort  de venir à cette manifestation..

  Guy Vignal  est né en 1934, dés l’âge de 14 ans, il commence à travailler avec son père et son frère  sur la petite exploitation familiale. Le travail est rude, il n’y a pas beaucoup de machine  et l’essentiel  se fait à la main.  En 1955 , il part faire son service militaire de 27 mois  , il en effectue la plus grande partie en Algérie.

En 1957 , il revient à Vallabrix  et reprend  son travail à la ferme ,il  commence à développer  l’exploitation.

Cathy  Bonzi  arrive à Vallabrix en 1950, à l’âge d 13ans, elle vient d’une petite ville du Gard   Laudun  et tombe dans un petit village de 200 habitants !   Le choc  est un peu difficile mais Cathy  avec ses sœurs et son frère s’intègre  dans son nouveau village. Elle participe   avec  ses sœurs   aux travaux des champs au coté de son père.

En 1959 , Cathy et Guy se marient  .Guy  s’installe comme exploitant agricole .Ensemble , ils vont redoubler d’effort  pour  agrandir leur exploitation , ils diversifient les cultures : vignes , asperges, cerises, abricots,  melons , olives .

Parallèlement, Cathy reprend en 1957  la petite épicerie du village qu’elle arrête en 1994.  Guy  a été longtemps le correspondant de Groupama sur le village  et a était administrateur de la cave coopérative de Vallabrix .

  Aujourd’hui, Cathy et Guy  sont bien entendu à la retraite  mais ils  continuent malgré tout à cultiver  un peu de vigne, des figuiers, des oliviers, des cerisiers  et leur jardin.  Ils commercialisent  leurs produits au marché à St Quentin ou directement  chez eux. Ils réalisent  ainsi des circuits courts à la grande satisfaction des habitants ou des touristes de Vallabrix .

La France  est un grand pays agricole mais notre pays malmène ses agriculteurs.

Les centrales d’achat  et les grands groupes de l’agro-alimentaire  font pression pour obtenir des prix agricoles  très bas qui   couvrent  à peine  les  couts de

production. Pour  s’en sortir, les agriculteurs multiplient  les heures de travail et limitent leur revenus..

Je pense qu’il est urgent de redonner un peu d’oxygène au monde agricole  sou peine de voir notre agriculture déclinée durablement.

Malgré ces difficultés et les épreuves de la vie  , Cathy  et Guy n’ont jamais renoncé à faire vivre l’agriculture  dans leur village .

Guy  et Cathy  Vignal  font  partie de ces  couples  qui ont consacré leur vie à leur métier et qui  ont permis le développement de l’agriculture.  J ‘ai  donc proposé  à M le préfet du Gard d’élever au garde de chevalier du mérite agricole Cathy et Guy.

M le préfet du Gard  vous remettra officiellement  la médaille du mérite agricole au cours d’une cérémonie  à Nîmes

Au non du conseil municipal  et de l’ensemble de la population de Vallabrix , je vous  rend hommage  pour votre implication dans votre métier d’agriculteur.

C’est dans un autre domaine qu’alizée représente elle aussi une forme d’excellence

Alizée  fait ses premier pas à Vallabrix , elle fréquente l’école primaire du village . Ensuite, elle va au collège Mayac  et au lycée Gide ou elle obtient  son bac économie avec la mention bien.

Elle choisit l’école Vattel de Nîmes pour  poursuivre ses études, elle obtient une licence internationale en hôtellerie.

En 2015, elle est élue miss Nîmes puis 2017 miss Hérault,  Le 5 aout , Alizée  se présente au concours  de miss Languedoc avec 14 autres candidates  qui ont été présélectionnées. Elle  remporte le titre très convoitée de  miss Languedoc.

Depuis, elle est très sollicitée, invitée dans des  manifestations  dans différentes  villes .  Elle a intégré le comité miss France  qui rassemble 12 autres jeunes filles. Elles partiront pour un voyage en Californie. Le 16 décembre   2017, elle  va se présenter à miss France, la cérémonie se déroulera à Châteauroux et sera diffusée sur TF1.Ce sont les téléspectateurs qui en votant élisent miss France.

Alizée a déjà réalisé un parcours exceptionnel qui est très exigeant.   Je tiens à te féliciter pour ton élection de miss Languedoc et  souhaite que tu rendes notre village célèbre en   remportant  le concours de miss  France.  

Nous allons remettre un bouquet de fleur à Cathy et Alizée . Nous allons offrir  un magnum de vin à Guy ,  Guy,  vous le dégusterez ave vos enfants , petits enfants et arrière petit fils  , pour ce dernier , il faudra  peu être  baptiser le vin.

Lettre au préfet du Gard

Vallabrix   le 4 septembre  2017

Monsieur le vice Président  du SIRP

                                        A              

                                                                                              Monsieur le Préfet du Gard

                                                                      Préfecture du Gard

 

Monsieur Le Préfet,

 

Note syndicat scolaire intercommunal (SIRP Soleyron Brugas et Seynes)  a dû recruter en  juin dernier un nouvel agent pour avoir à la rentrée le personnel nécessaire à son fonctionnement. Nous  comptions conclure cette embauche d’un personnel compétent et motivé dans le cadre d’un CAE/CUI.  Notre  petit syndicat scolaire rural (Siret  253003446)  a très peu de moyens financiers. Il s’efforce pourtant d’offrir aux familles les services dont elles ont besoin, la garderie du matin et du soir et la restauration scolaire. Il a fait le choix de continuer les activités périscolaires qui sont suivies par plus de  80% des élèves. Mais il n’a pu y parvenir jusqu’ à présent qu’en recourant aux contrats aidés.

Alerté par la direction de Pôle Emploi que l’agent recruté ne remplissait plus  les critères d’éligibilité aux contrats aidés, je me suis tourné, le 16 août dernier,  vers Madame la Ministre du Travail pour lui demander de réexaminer la décision qui nous était rendue. (P.J)

L’annonce par le gouvernement d’un rétablissement des contrats aidés nous donne espoir que notre demande pourra être prise en compte.

Vous remerciant de l’attention que vous apporterez  à ce courrier, je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes respectueuses salutations.

 Le  Vice président du   SIRP Soleyron Brugas et Seynes

 

Maire de Vallabrix ,  Bernard  Rieu


Lettre au ministre

Réponse de Mr Bancillon président des collines de Bourdic à Bernard Rieu

Courrier de Bernard Rieu maire de Vallabrix (le Républicain du 27 avril 2017)

La guerre civile espagnole éclate en juillet 1936 avec le coup d’Etat de Franco.

En janvier 1939, Barcelone tombe aux mains des Franquistes : le gouvernement Français se trouve contraint d’ouvrir sa frontière avec l’Espagne pour laisser passer des refugiés qu’il qualifie d’Indésirables. (Vocabulaire employé dès 1938 par l’IIIème République). C’est la Retirada, exode des Républicains qui en janvier-février 1939 seront près de 500 000 à chercher un refuge en France.

A Uzès, arrive un convoi de 212  Espagnols  comprenant 210  femmes et enfants  et 2 hommes. Ils sont logés dans les locaux de l’ancienne  prison (jardin médiéval  actuel)  et dans certaines salles disponibles de l’ancienne caserne. Un quartier  de réfugiés avec un règlement intérieur  est constitué. Les  associations Uzétiennes  (secours populaire, croix rouge, entraide protestante, etc )  et la municipalité se mobilisent pour accueillir le mieux possible ces exilés. Malgré cet élan de solidarité, les  Espagnols rencontrent des difficultés. Par exemple, les mères doivent faire des pétitions pour pouvoir scolariser les enfants. Les hommes sont retenus dans les camps d’Argelès et Rivesaltes.

Aujourd’hui, près de 80 ans plus tard, notre pays accueille, avec parcimonie, des réfugiés en particulier syriens  qui fuient la  guerre. Dans l’Uzège, le comité pour l’accueil des réfugiés est très actif  et accompagne plusieurs familles syriennes. Il est réconfortant de voir que de génération en génération, la solidarité de notre population est toujours active.

Discours de B Rieu lors de la présentation des vœux dimanche 22 janvier 2017

Je suis heureux une fois encore de vous accueillir pour la traditionnelle cérémonie des vœux du maire et du conseil municipal.
C’est un moment convivial où nous pouvons nous rencontrer.
Ainsi au nom de la municipalité, je souhaite à toutes et à tous, à tous vos proches une bonne année 2017, qu’elle vous apporte bonheur, joie et surtout la santé qui est notre capital essentiel.

En 2016 nous avons enregistré :
2 naissances : Eliot  Mahouin  et Evan Delille GATAULT

Nous devons déplorer aussi trois décès : Jean  Bourdet ,  Paul  François  et  Guy  Canziani.

Notre village continue à se développer, nous avons atteint la population de 414 habitants.

Plusieurs familles viennent de s’ installer : Mr et Madame Bardin ont racheté la maison de Mike , Mr Lucca  loue chez Irène François  et Mr et madame   Fourny louent chez  Aimé Bianciotto .

 En 2017,  nous comptons faire avancer le projet de la nouvelle école.  Après avoir auditionné plusieurs architectes, le conseil municipal  a  retenu le cabinet  Prohin de Nîmes. La  commission scolaire s’est réunie plusieurs fois en présence de l’architecte pour  travailler sur les nouveaux locaux. Aujourd’hui, le plan est finalisé, il a été validé par les  autorités académiques. Nous avons déposé des demandes de subvention auprès du département et de la Préfecture.

Nous présenterons ce projet en réunion publique. Les plans sont d’ores et déjà disponibles sur le site de Vallabrix (ici).

La déchetterie que le SICTOMU a construit sur notre village sera bientôt ouverte au public,  vous serez invités à son inauguration. Avec ce nouvel équipement, la récupération des objets et matériaux en fin de vie sera facilitée. Nous pouvons espérer que les dépôts sauvages disparaîtront et que la qualité de notre environnement s’améliorera.

En outre, une plate forme permettra de récupérer les déchets verts qui seront ensuite broyés. Il est envisagé d’utiliser une partie des broyats pour réhabiliter les alvéoles des paliers de la carrière. J’en profite pour rappeler que le brûlage des déchets verts est interdit : la proximité d’une déchetterie devrait favoriser le respect de cette consigne.

Il nous reste à effectuer quelques travaux de goudronnage subventionnés suite aux intempéries d’octobre 2014.

Parallèlement à l’action menée par les associations environnementales locales, la mairie avait intenté un recours contre l’arrêté préfectoral de 2013 concernant l’extension de la carrière.  L’affaire a été jugée en novembre 2016, le tribunal administratif a prononcé l’annulation de l’arrêté préfectoral. Nous allons demander une audience au préfet afin de rappeler nos objectifs : obtenir une réhabilitation complète et pérenne du site et défendre les intérêts financiers de la commune.

Nous continuons à soutenir toutes les initiatives qui renforcent les liens sociaux entre les différentes générations de Vallabrixois.  Ainsi nous avons soutenu l’idée d’inviter les grands.

Article du Républicain sur la situation des médecins à Uzès

Expression de Bernard Rieu maire de Vallabrix

J’ai lu avec intérêt l’article du Républicain sur la situation des médecins à Uzès. L’analyse proposée, pour pertinente qu’elle soit, n’aborde pas un des facteurs importants de la pénurie actuelle de médecins. En effet, je crois que c’est que l’une des causes de cette fracture médicale est le numerus clausus.

Jusqu’en 1978, c’est-à-dire la dernière année où sont sortis du cursus de formation les étudiants entrés en 2e année médecine avant la mise en place du numerus clausus, on formait plus de 8 000 médecins tous les ans. En 2016, le numerus clausus ne dépasse guère les 7 000 places, alors que la population française a augmenté de 10 millions d’habitants entre 1978 et 2016.

Mais, entre ces deux dates, la courbe s’est effondrée : on a baissé le numerus clausus jusqu’à un étiage inférieur à 3 600 médecins entre 1992 et 1999, pour ne le remonter très progressivement qu’à partir de l’an 2000. Si bien que la population médicale présente un aspect démographique similaire à celui de la population française à la suite de la guerre de 1914-1918.

Professeur de physique au lycée GIDE, j’ai vu de nombreux jeunes d’un bon niveau scolaire et très motivés pour devenir médecins butter sur le concours d’accès ultra sélectif aux études médicales.

Les gouvernements successifs socialistes ou de droite ont fait le choix de diminuer drastiquement le nombre de praticiens pour réduire les dépenses de santé.

La pression sur le recrutement des médecins n’est pas la bonne réponse à l’inflation des coûts. Elle peut même s’avérer contre productive dans un pays qui s’est longtemps distingué par la qualité de son système de santé.

Il y a sans doute d’autres solutions à explorer.

Conseil départemental Budget primitif Enfance Famille 2017

Intervention de Jean Michel SUAU
Conseil départemental
Budget primitif Enfance Famille 2017

Monsieur le Président,
Mes Chers Collègues,

Permettez-moi tout d’abord de resituer cet exercice budgétaire dans son contexte national.
C’est le 5ème et dernier budget du Département sous la mandature de François Hollande, le Président
de la République, non candidat à sa propre succession pour cause de désaffection populaire.

Pour toutes celles et ceux qui ont le cœur à gauche et qui ont caressé l’espoir du changement : que
de déception face à ces renoncements, à ces promesses non tenues, face à l’alignement sur les
politiques d’austérité dont la casse du code du travail avec la Loi EL KHOMRI, est le dernier point
d’achoppement. Longue est la liste des retournements qui ont conduit un Président dit « de gauche
», à épouser le libéralisme au point de faire de l’austérité l’Alpha et l’Omega de sa politique.

Les gardoises et les gardois comme la population de notre pays, en mesurent les conséquences chaque jour.
Et les collectivités locales et singulièrement les Conseils départementaux aussi.
Après le gel des dotations de l’Etat, imposé par SARKOZY, François HOLLANDE les a réduits de 11
millions d’euros encore cette année.

Je ne saurais oublier que la Droite au pouvoir a déjà transféré aux Départements des compétences
sans les moyens financiers correspondants, à l’image du RSA ce qui se traduit par 65 millions
d’euros de contribution chaque année pour financer les seules allocations mensuelles aux
ayant-droits.

François HOLLANDE, Manuel VALLS comme d’autres, s’opposant à cette situation jugée scandaleuse
en son temps, au lieu de recentraliser le RSA (c’est-à-dire une reprise par les services de l’Etat)
a continué de faire payer les Départements, dont le notre, ce qui contribue à nous placer dans les
40 départements les plus en difficulté.
Force est de constater que ce glissement à droite vers des politiques toujours plus libérales, a
déroulé le tapis rouge à Fillon. Ce dernier ambitionne demain, si les électeurs le décident, de
porter le temps de travail à 39h payées 35 ; la retraite à 65 voire 67 ans ; de remettre en cause
la protection sociale et de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires.

Il se propose même de doubler le CICE (crédit compétitivité) en le portant à 82 milliards. Un dispositif qui brille par son inefficacité en terme
d’emploi et qui surtout a financé de grosses entreprises à l’image de La Poste ou de SANOFI qui en
ont supprimé des milliers en France, y compris sur le territoire gardois.
CICE qui, je le rappelle, est financé par l’augmentation de la TVA (impôt le plus injuste qui soit
et que Fillon veut encore augmenter) et la réduction des dotations aux collectivités. Et voilà, la
boucle est bouclée.

Mes Chers Collègues, si « le rêve est la meilleure chose qui soit au monde car c’est grâce à lui
que nous avançons dans le réel », comme disait Guillaume Apollinaire, « il est grand temps
de rallumer les étoiles ».
Je sais que chacun ici a la sienne. Beaucoup ont celle du Berger qui porte divers noms… La mienne,
vous l’aurez compris, c’est celle qui dans l’univers, se situe bien ancrée gauche.
C’est une évidence, la conquête de l’espace a de l’avenir comme a de l’avenir la gauche de la
transformation sociale.

En cette période de vœu, j’émets le souhait qu’elle prenne des couleurs au printemps prochain.
Mais revenons sur terre et à ce Budget Famille Enfance qui est partie constitutive du Budget
Primitif et que nous allons voter le 15 décembre.
Même s’il est tout à l’honneur de notre collectivité de prioriser le social en ayant maintenu les
crédits pour les centres sociaux, la prévention spécialisée, les LAPE (Lieu d’Accueil Parents
Enfants), les RAM

(Relais d’Assistante Maternelle), les MECS (Maisons d’Enfants à Caractère Social), je ne suis pas pour autant satisfait de la situation.
Je ne suis pas l’élu de l’action sociale, je suis comme vous un élu départemental, élu d’un territoire, avec des
populations qui souffrent, de la précarité, du chômage et les contraintes financières qui nous
imposent de réduire nos interventions pour les communes, les associations sociales, culturelles et
sportives, les personnels du Conseil Départemental et plus largement les gardoises et les gardois.

Le Budget en chiffres :

Le Budget Famille Enfance est stabilisé par rapport à  2016. L’augmentation des chiffres, 61 à 68 millions d’euros provient du transfert de 6 150 000 € de
l’entretien et la vêture des enfants confiés au Département qui relevaient jusque là de la
Direction des Ressources Humaines ainsi que de 450 000 € pour les MASP qui émargeait à la MDPH.
Avec ces 68 336 797 €, il faut rajouter 23 millions d’euros pour la rémunération des 450 assistants
familiaux ainsi que le crédit du F.S.L. rattaché jusque là à la D.D.E.A.T pour un montant de 7 millions d’euros.
Ainsi au total, ce sont prêt de 92 millions d’euros qui participent aux missions de l’action sociale.

Aide Sociale à l’Enfance :

Je vous rappelle pour mémoire que sur tous les territoires du Département, 4 UTASI, 12
circonscriptions, 30 CMS, ce sont 334 agents du département qui sont affectés au service
social territorial  149 agents en charge de l’ASE ; 145 qui relèvent de la PMI.

Le budget de l’Aide Sociale à l’Enfance se décompose ainsi :
63 367 440 € pour l’aide sociale à l’enfance qui recouvre le fonctionnement des Maisons
d’Enfants à Caractère Social, des lieux de vie, du Foyer de l’Enfance et du Centre Départemental
d’Accueil des Familles et des Techniciens de l’intervention sociale et familiale qui permettent
d’assurer l’hébergement, le suivi et la prise en charge de 3 200 enfants confiés au Département,
dont 1 414 000 € pour les 4 clubs de prévention spécialisée, si utiles pour accompagner cette
partie de la jeunesse qui échappe à tous les dispositifs dans le cadre de ces actions de
prévention.

Le Volet Action Sociale :

3 499 440 € a légèrement augmenté (hors FSL). En
2016, ces crédits se sont traduits par 30 000 aides individuelles, tout dispositif confondu, et par un accompagnement de près de 150 000 personnes
accueillies dans les centres médico-sociaux.
Dans le détail, 1 742 000 € sont apportés aux aides financières ; 300 000 € au fonds d’aide aux
jeunes qui bénéficient également du Fonds de Solidarité Logement.

Ainsi en 2017, le Département consacre 329 300 € en soutien au mouvement associatif en priorisant
notamment le financement de l’aide alimentaire pour les associations caritatives.
888 140 € aux 25 centres sociaux qui jouent un rôle important et primordial pour le lien social
dont nos sociétés ont grandement besoin. Des projets de création de nouveaux centres sociaux voient le jour à Nîmes,
à Alès et pourront être financés par la réponse des centres sociaux aux appels à projet concernant les relations intergénérationnelles
qui relèvent des missions de ces structures.

Protection Maternelle Infantile :

1 516 097 € pour l’activité médico-sociale ainsi que pour les Lieux d’Accueil Enfants Parents
(LAEP) et
les Relais d’Assistants Maternels (RAM). Le schéma départemental des services aux familles que nous
adopterons lors de la première commission permanente, est régie par l’Etat qui a confié à la CAF
et au Conseil départemental de porter les projets partenariaux de la Petite Enfance.
Dores et déjà, en 2017, un LAEP itinérant du Piémont Cévenol verra le jour pour Sauve, St Hippolyte
du Fort et Lédignan.
Mais également, d’autres projets de la Communauté de communes Cèze Cévennes sont en cours
d’élaboration sur la Calmette et St Chaptes.
Concernant les RAM, celui de Bagnols-sur-Cèze sur le Gard-Rhodanien est engagé. D’autres sont en
projet notamment sur Nîmes métropole porté par l’institut d’Alzon.
Pour les Etablissements d’Accueil Jeunes Enfants (EAJE), 8 projets sont à l’étude sur Nîmes
métropole, Caissargues, Barjac, St Jean du Pin et Villeneuve-lez-Avignon qui pourront bénéficier du
Contrat Départemental d’Equipement.

Pour conclure, permettez-moi de saluer l’engagement au quotidien des travailleurs sociaux,
dont les conditions de mises en œuvre de leurs missions s’avèrent difficiles et parfois marquées
par la violence.

Je veux également remercier Daniel EYRAUD (DGADS), Frédéric NICOLAS (DIS), ainsi que Thierry AMAT
et le docteur Laurence LANKAMER, Chefs de Service mais aussi Nathalie ARNOUX, Karine DAUMAS,
Fabienne POILLEUX, Annie MONTIEL DENAT, responsables des 4 UTASI, pour leur engagement au quotidien
et leur contribution à l’élaboration de ce budget d’action sociale.

Je vous remercie.

Motion de l’association des maires du Gard

motion-eau-assinissement

Fonds de concours

Je voudrais revenir sur le libellé du fond de concours de solidarié, repris pour chaque dotation octroyée :

« Considérant que la somme de 40 000 euros  a été inscrite au budget en subvention d’équipement dans le cadre d’un fond de solidarité intercommunal , destiné à soutenir des projets communaux portant un intérêt communal. »

La fin de la phrase mérite qu’on s’y arrête.

Une commune peut-elle s’engager dans des projets qui n’ont pas d’intérêt communal ?

Il me semble que tout projet communal doit présenter un intérêt communal sinon cela voudrait dire que des élus pourraient agir  pour favoriser  des intérêt privés.

Cette formulation un peu surprenante,  attire  néanmoins notre attention sur le fait  que tout projet communal peut relever du fond de solidarité intercommunal.

Je propose que l’on clarifie  l’utilisation des fonds de concours .  On pourrait s’inspirer  de ce qu’a fait le département avec les contrats territoriaux.

Le cadre du contrat met toutes les communes sont sur un pied d’égalité puisqu’elles  savent à l’avance comment elles pourront être subventionnées.

 

Bien entendu , le fond de solidarité intercommunal est doté d’une somme  très réduite mais  cela ne nous dispense pas d’établir une feuille de route pour la répartition de ces fonds.

 

B  Rieu