Get Adobe Flash player

Environnement

Réunion du 11 juin 2019

Pour prendre connaissance du compte rendu de la réunion du 11 juin, fichier pdf à ouvrir : 2019-06-11 CR Réu Com Eau
Concernant le problème du ballon antibélier de 300 litres au réservoir, trop rapidement hors service, Canonge (ou Alliance-Environnement) a été relancé ce 18 juin afin de trouver une solution durable.

A la page 6 se trouve le résultat de l’analyse de l’eau de l’ancien captage du 19 mai 2019. Rapport complet : 2019-06-14 Eau Anc Capt
Ce 19 mai, la qualité de l’eau était acceptable, la couleur bleu du 4 mai avait disparu probablement « grâce » à la forte utilisation de cette ressource en eau.
Ce lieu n’est pas adapté pour le lavage, l’eau polluée retourne rapidement dans le puits.
(Un simple test permettrait de confirmer l’origine de cette couleur bleu du 4 mai 2019.) 

Fuite d’eau potable au Planet, (cave inondée), intervention sur le réseau du 17 juin 2019.
Cette fuite ne provenait pas du réseau du Planet, mais d’un particulier plus haut.
Depuis le dernier relevé d’index (début octobre 2018) 1 409 m3 consommés, soit une dizaine de fois la consommation habituelle.
Pour éviter ces mauvaises surprises et désagréments pour le voisinage, un moyen simple, relever l’index du compteur d’eau régulièrement, tous les 2 mois par exemple et comparer la consommation aux relevés précédents.

– – – – – – – – – – – – – – – –

 

Lutte contre l’ Ambroisie

AMBROISIE Référent Hervé DEPASSE 04 66 03 18 24 ou joethdps@sfr.fr

Bonjour à tous,

La lutte continue à Vallabrix, une semaine haute en acteurs de toutes les générations contre l’Ambroisie.(photos avec les enfants et adultes)

Rencontre conviviale et qui permet d’ associer les jeunes et les anciens pour des projets faune et flore à la nouvelle rentrée scolaire, les rendez-vous sont pris.

Malgré la canicule de la semaine nous continuerons à prospecter sur la commune et ailleurs.

(Randonnée à Goussargues le 16 juin , à St Rémi de Provence le 23 juin j’ observe et je signale sur le site)

N’ oubliez pas le jeudi 11 Juillet une petite heure en salle puis sur le terrain.

Au Foyer communal de Vallabrix à 15h00.

Cordialement.

Hervé DEPASSE 

 

 

Lutte contre l’Ambroisie à Vallabrix

Le Lundi 17 Juin

Avec Mme CAPARROS la Directrice de l’ école publique de Vallabrix les enfants de la classe de CM auront appris auprès du référent communal bénévole Hervé DEPASSE à reconnaître l’Ambroisie au milieu d’ autres plantes semblables telles que l’Armoise commune ou l’Armoise annuelle.
C’ est ainsi que quatorze élèves et six personnes passionnées nature se sont retrouvées sur une parcelle proche du village pour étudier les caractéristiques de chacune et savoir qu’ il fallait arracher l’Ambroisie plante nuisible pour la santé.

Samedi 22 Juin 2019

Nous étions 2 femmes et 9 hommes de Vallabrix dont un Normand en vacances sur le chemin de la carrière ou l’Ambroisie et présente tout au long du bord du bitume.
Un message de télé alerte avait été envoyé sur les téléphones des résidents de Vallabrix, un message électronique envoyé également aux élus du village, aux mairies ou réfèrents ambroisie du Gard, aux responsables du SICTOMU, aux personnes qui baladent mensuellement dans notre Club Nature, encore beaucoup d’ autres.

Un panneau signalant l’ opération était bien visible devant la déchetterie.

Nous avons arraché la plante tout le long du chemin jusqu’ à la barrière d’ entrée de la carrière. (moins de trois heures pour un arrachage très bien exécuté)
Dans 3 semaines une nouvelle opération est nécessaire pour arracher les petits plans d’ aujourd’hui hui. (en souhaitant de nouvelles personnes)

 

La lutte va durer tout l’ été et dès le jeudi 11 Juillet une réunion organisée par la CCPU se tiendra à la salle communale de Vallabrix pour mettre en place tous les moyens.

CR de la réunion publique du 25 Avril 2019

AMBROISIE: Intensifier la lutte collective

L’ambroisie plante invasive et allergène, originaire d’Amérique, a été détectée sur le nord du département du Gard en 2003 et fait l’objet d’un arrêté préfectoral de destruction depuis 2007. Toutefois, par manque de motivation collective, sa progression se poursuit  et les cas d’allergie se multiplient au moment de sa pollinisation.

Devant le développement de cette plante sur notre territoire aussi bien dans les terres agricoles que les jardins, les bords de route, remblais ou  bords de rivières, la Communauté de Communes Pays d’Uzès a organisé une réunion à Vallabrix afin d’intensifier la lutte sur ses 32 communes.

Anne-Marie DUCASSE-COURNAC, animatrice ambroisie de la FREDON Occitanie a insisté sur le problème que cette plante pose pour la santé publique: 13 à 21 % des habitants de la vallée du Rhône, région la plus infestée par l’ambroisie, souffrent d’allergie sévère à l’ambroisie: rhinites, conjonctivites, asthme.

Au delà de la santé publique, les ambroisies posent des problèmes environnementaux et agricole par une forte concurrence sur la flore locale et les cultures.

Pouvant lever dés le mois d’avril, cette plante poursuit sa croissance jusqu’en juillet-début aout, période à partir de laquelle elle est facilement identifiable car elle présente des épis floraux caractéristiques. C’est à ce moment que la destruction doit avoir lieu idéalement par arrachage ou travail mécanique afin d’éviter la floraison qui libérera le pollen en aout-septembre.Cette destruction est essentielle pour limiter son expansion territoriale  car une seule plante peut produire jusqu’à 3000 graines qui auront une durée de vie supérieure à 10 ans.

Hervé DEPASSE, référent bénévole sur la commune de Vallabrix a ensuite témoigné sur l’importance du relai communal qui fait la liaison avec la FREDON. Sur sa commune, il a un rôle d’information auprès des habitants , de détection des parcelles avec présence d’ambroisie et, en relation avec la Mairie et les propriétaires des parcelles contaminées, de prévoir la destruction des plantes avant floraison. Au delà de cette action communale, au cours de ses déplacements extérieurs,  il  signale la présence d’ambroisie sur la plateforme « signalement ambroisie ». Cet outil, ouvert à tous les citoyens, transmet alors l’information auprès de la commune concernée et de  son référent qui pourra à son tour agir en faisant détruire les plants signalés.

En conclusion , Michel GUERBER, vice-président de la CCPU, confirmait qu’un référent intercommunal, David WAERNIER, apporterait un appui aux communes et que celles qui n’ont pas de référent seront contactées afin qu’il y ait un maillage complet sur notre territoire. Tout ceci afin d’informer le plus largement possible les habitants, les employés communaux ou agents des routes pour une action collective efficace qui seule permettra de limiter le développement de cette plante invasive et allergène.

Une prochaine réunion est déjà programmée pour le 11 juillet au cours de laquelle seront invités tous les référents communaux mais aussi le grand public pour une tournée sur le terrain dans un secteur infesté.

Pour plus d’informations, voir le site de la FREDON: https://www.fredonoccitanie.com/surveillance/sommaire_ambroisie/

Conclusion sanitaire de l’eau de Vallabrix pour l’année 2018

AMBROISIE Référent Hervé DEPASSE 04 66 03 18 24 ou joethdps@sfr.fr

 

Cette plante très allergisante et envahissante.

En 2015 dans la gazette nous avions inscrit qu’elle n’était pas en évidence à Vallabrix, trois ans après le constat est  sans ambigüité : l’ambroisie se trouve bien implantée.

Étant le référent de la commune je pense que l’on peut l’éradiquer mais il faut l’aide de tous.

En juin dernier je suis allé faire une petite formation sur l’ambroisie  au CHU de Bagnols.

Depuis j’ai sillonné les chemins et champs de Vallabrix et j’ai pu constater l’étendue de la propagation de cette plante.

Lorsque le nombre est limité j’arrache sinon il appartiendra au propriétaire de le faire.

Quelques personnes soucieuses du problème ont fait le nécessaire pour l’éradiquer mais il y a beaucoup de travail surtout pour convaincre les autres.

C’est en juillet, août et septembre qu’il faut l’arracher après c’est trop tard car elle fleuri et forme ses graines une plante adulte produit entre 3000 et 5000 graines, il est donc très important d’agir lorsqu’on la découvre.

Par l’intermédiaire de la mairie les propriétaires des terrains ont étaient invités à une réunion  pour leur indiquer la présence d’ambroisie dans leurs champs mais un seul couple s’est déplacé et un excusé.

A savoir qu’ils sont dans l’obligation de la détruire.  S’ils ne le font pas il risquent une amende de 450€.

L’agriculture est pénalisée par l’ambroisie à feuille d’armoise qui pousse jusqu’à un mètre cinquante de hauteur et parfois plus, lors des moissons de tournesols des graines en quantité sont récoltées est donc diminue le rendement qualitatif.

Une réunion publique aura lieu au printemps prochain avant la journée internationale  de l’ambroisie qui sera le premier samedi de l’été 2019.

Les personnes du groupe GPN groupe protection nature qui habituellement travaille sur les espaces fleuris du village ont détruit les plantes de la station d’épuration et de ses abords.

Je rappelle que c’est la santé publique car vous, vos enfants,  petits-enfants sont peut-être allergiques ou vont le devenir si on laisse l’ambroisie nous coloniser.

On estime actuellement que 20% de la population est allergique sans compter ceux qui n’ont jamais consulté un allergologue.

Rhinites, conjonctivites, eczéma, trachéites, sont les principaux symptômes.

Décret n° 2017-645 du 26 avril 2017 relatif à la lutte contre l’ambroisie à feuilles d’armoise, l’ambroisie trifide et l’ambroisie à épis lisses

Code de la santé publique _ Articles 1338.

 

Pour reconnaitre la plante : internet est une solution facile, il y a en mairie des petits flyers ou les télécharger sur la plateforme : signalement ambroisie ; vous pouvez me contacter Mr DEPASSE Hervé  au 04 66 03 18 24

Ou par mèl : joethdps@sfr.fr

Vous pouvez regarder le journal télévisé de TF1 du 21 août 2018 avec le lien ci-dessous:

https://www.lci.fr/societe/ambroisie-une-source-de-cauchemar-pour-les-personnes-allergiques-a-cette-plante-2096190.html

Pour accéder au Webinaires 2018 cliquez ici

 

 

 

 

 

Carnet de vannage

Ci-joint un document utile pour les intervenants sur le réseau d’eau potable.
Fichier à ouvrir : Carnet vannage simplifié
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – 

Commission Eau & Assainissement 17 janvier 2019

Pour accéder à la convocation, cliquer : 2019-01-10 Conv Ru 17 01 19

Pour accéder au compte rendu, cliquer : 2019-01-17 CR_Com-Eau

Pour information, ci dessous concernant la Station d’Epuration (Step). Bilan 24 heures.

Bilan simplifié avec annotations : 2018-09-11 Step Bilan Simpl

Bilan complet : 2018-09-11 Step Bilan-24h
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – 

Rapport d’analyse de l’eau sur la commune de Vallabrix

Compte-Rendu de la Commission Locale de l’Environnement du 4 juillet 2018

Sur convocation de Bernard Rieu, maire de Vallabrix, la Commission Locale de l’Environnement s’est tenue dans les locaux de la société Fulchiron, sur le site de la carrière de Vallabrix.
Etaient présents :
Société FULCHIRON : Cécile MALAVAL, responsable de la communication
Société FULCHIRON: Baptiste HOURDEBAIGT, responsable du site 
Société CFEG (Compagnie Française d’Etudes Géotechniques) : Christine REY, géologue, conseil de l’entreprise Fulchiron
Mairie de VALLABRIX : Odile PERNIN-VIDAL, 1er adjoint
Mairie de St VICTOR-DES-OULES : Michèle ALVARO, maire, Didier MEJEAN, 1er adjoint et Michel BRUN, conseiller municipal
EPTB Gardons : Jean-Philippe REYGROBELLET
ONF : M. BROUSSE, M. WITTMAN techniciens
Association VITAE : Alain LOONES et Bruno JULIEN
Association SAUVONS NOS VILLAGES : Michel MAHIEUX

A titre individuel, sans invitation : Michel VOISIN, habitant de Vallabrix.

La réunion se déroule en 2 temps : de 10h15 à 13h15, dans les bureaux de l’entreprise
de 14h15 à 17h30, visite du site, partie 3, (Ouest) sur toute la hauteur des paliers, partie 2 (Est), zone sommitale en cours de réhabilitation.

O. Pernin-Vidal introduit la réunion en rappelant le contexte :
– administratif : l’enquête publique concernant la demande d’autorisation d’exploitation de la carrière du Brugas par la société Fulchrion s’est achevée le 2 mai 2018. Le CE a rendu ses conclusions le 31 mai. Parmi ses recommandations : un renforcement du rôle de la CLE.
– climatique : l’enchaînement de deux épisodes climatiques intenses, une sécheresse prolongée suivie un printemps très pluvieux. Quel impact sur la reprise végétale dans la carrière ?

Bilan de l’enquête publique

Cécile Malaval présente un rapport très détaillé qui reprend les réponses faites par l’entreprise au commissaire enquêteur. Le dossier est consultable en mairie et sur le site de la Préfecture.

Poussières

L’audit poussières d’Evadies, demandé par la Préfecture, a permis d’identifier les principales sources de poussières et proposer des mesures de réduction. Les sources les plus importantes sont les zones d’exploitation et de remise en état et le roulage sur piste. Les données historiques montrent à partir de 2015 une nette augmentation sur les zones qui sont entrées en phase d’exploitation (zones 2 et 5 ). A l’inverse, la concentration de poussières diminue fortement entre 2014 et 2017 sur la zone remise en état (zone 3).
-Il a été mis en avant la nécessité de confiner les fines au niveau du séchage par un silo spécifique.

Pour les mesures quantitatives, les plaquettes sont abandonnées au profit des jauges Owen qui sont réparties au sein de la carrière et au pourtour dans les deux villages de Vallabrix et St Victor. Les retombées de poussières doivent respecter la norme de 500mg/m2/j maxi en moyenne sur un mois. La fréquence des mesures est trimestrielle. Les premiers résultats sont conformes, à l’exception d’une mesure aberrante dont il faudra se poser la question du déplacement de la jauge.

Monsieur Reygrobellet formule une réserve quant à la capacité des nouveaux systèmes de mesures de poussières : le bidon semble avoir une capacité correspondant à une pluie cumulée sur 1 mois de 200mm. Ce cumul est fréquemment atteint en automne. Il demande s’il est possible d’avoir un bidon supplémentaire pour chaque station (9 bidons) afin d’obtenir un relevé plus cohérent en période de fortes précipitations.

Quant aux mesures granulométriques, mesure des fines (PM10), deux campagnes d’un mois sont prévues avec deux points de mesure à Vallabrix et à St Victor.

Bruit

Les résultats des analyses sont conformes à la réglementation. Malgré tout, les riverains se plaignent du bruit la nuit. Des insonorisations ont déjà été installées, et la direction ne voit pas comment diminuer encore le bruit de fond.

Circulation

Un contrôle effectué fin 2017 pendant deux semaines indique 409 passages de camions sur la D5 et 875 par St Victor sortant et rentrant sur le site. En dehors des directions d’Alès et d’Uzès, tous les camions ont intérêt à passer par St Victor.
La circulation des camions sur la partie de la D5, entre la sortie de la carrière et le croisement avec la route de Saint-Quentin, est signalée comme dangereuse, notamment au niveau des barrières en bois qui réduisent la largeur de la chaussée.
Proposition : envoyer un courrier officiel à la mairie de Saint-Quentin et à la Préfecture pour solliciter des mesures efficaces de prévention du danger.

Pollution lumineuse

Les éclairages ont été refaits avec des LED moins puissantes et mieux réparties, des zones étaient mal éclairées et dangereuses pour la sécurité du personnel.
Difficile de faire mieux, l’usine fonctionne en 3×8 pour le lavage, et souvent mais pas toujours pour le four.

Consommation d’eau et pollution de la nappe phréatique

Le forage sert d’appoint lors des opérations de lavage, car 80% de l’eau nécessaire à cette fonction est recyclée. En 2017, 155 887m3 ont été puisés dans la nappe. Le besoin théorique pour 400000t/ an est de 165.000m3
Le besoin pour l’arrosage des voies de circulation est estimé à 2000m3 par mois en été, environ 10 000m3 par an.

Suggestion de M. Reygrobellet : les économies d’eau par la population et les activités sont essentielles en été et seront de plus en plus sensibles dans les années à venir. La solution du stockage est souvent la plus adaptée. Il est important que la carrière anticipe ces possibilités pour coupler la création de bassins lors des terrassements d’exploitation. L’aspersion des pistes pour limiter les poussières est conséquent en été (15 m3 par passage, 4 passages par jour, soit près de 2 000 m3 par mois), la création d’un bassin de 6 000 à 10 000 m3 pour ce besoin apparait possible sous réserve d’avoir l’emprise disponible. D’autres besoins peuvent probablement être satisfaits par un stockage disponible en été.

Pour répondre à la demande de l’autorité environnementale, un nouveau floculant va être expérimenté en remplacement du Ferrolin 8686. L’AE a en effet recommandé que les boues contenant ce floculant ne soient plus utilisées sur le site (renforcement des merlons.)
Les analyses d’acrylamide et d’épichlorhydrine, marqueurs des coagulants et floculants, montrent qu’il n’y a pas de contamination de la nappe et ne se retrouvent pas dans les eaux d’écoulement en aval du site.

Ensablement

Le représentant de l’EPTB des Gardons précise que le problème du sable dans l’Alzon est réglé, confirmé par le Goujon Uzétien. Le bassin écrêteur remplit bien son office. La pollution de sable est circonscrite, Le Valadas, très ensablé, continue à se végétaliser et sert de filtre avant le passage des eaux de la carrière dans l’Alzon. Un second bassin a été réalisé sur le Valadas en 2017.

La commune de Vallabrix pose le problème de l’entretien des bassins et plus généralement de tous les ouvrages de rétention du sable au moment où le site va revenir sous sa responsabilité. M. Reygrobellet confirme qu’il y aura une difficulté technique et financière à gérer ce site sans activité économique.

Une discussion s’instaure sur le risque d’ensablement du site, côté Vallabrix, en particulier lors d’épisodes cévenols, après le départ de l’usine. Une solution évoquée par la Sté Fulchiron serait de creuser un grand bassin à la place de l’usine et de le curer une fois plein. Le dimensionnement du bassin pourrait être étudié d’ici la fin de l’exploitation, en fonction de la connaissance acquise des conséquences de fortes pluies sur les zones remises en état.

Clôture

Bruno Julien fait état des dommages subis par la clôture en limite Est de la carrière et rappelle les obligations de l’entreprise sur ce point.

Reboisement 

12000 plants
Pour la zone 3, l’ONF tient un état de chacune des 329 alvéoles numérotées. Elles sont suivies chaque année. L’ONF dit avoir une bonne expérience maintenant des essences qui peuvent supporter les pieds dans l’eau pendant plusieurs semaines suite à de fortes pluies et une forte sécheresse en été.
Les premières plantations ont été faites en 2014, sans apport de terre végétale, 227 alvéoles ont été plantées en 2017 avec apport végétal.
Les derniers constats montrent une bonne reprise et surtout un ensemencement naturel (peupliers, etc) sur 50% des alvéoles dans la partie haute de la carrière, de 80% dans la partie basse (réhabilitée en 2017).
L’utilisation du broyat proposée par le SICTOMU reste suspendue à des analyses de compatibilité qui seront validées par un arrêté préfectoral. La Sté Fulchiron et les représentants de l’ONF reconnaissent que l’enrichissement du sol est un facteur important de la réussite de la reprise végétale.

Biodiversité

Madame Malaval fait le point sur les mesures compensatoires en faveur des espèces protégées qui sont suivies par les Ecologistes de l’Euzière depuis novembre 2017.

Visite du site

La visite du site (partie Ouest) montre que la végétation commence à coloniser les alvéoles, même les plus récemment plantées.
L’ONF a planté des espèces d’arbres qui peuvent s’adapter à un sol ingrat et à des conditions de développement peu favorables (trop ou pas assez d’humidité) : notamment pin, peuplier, acacia, saule. Sur les paliers les plus anciens (partie haute), le couvert est composé d’arbres – encore isolés, d’une végétation herbacée qui couvre le sable et d’arbustes (genets par ex.). Certains végétaux se sont installés par ensemencement naturel. Toutefois, les alvéoles ne présentent pas toutes cet aspect verdoyant : celles qui retiennent l’eau ne sont que faiblement végétalisées sur le pourtour.
Ce problème des alvéoles inondées existe aux différents niveaux des paliers : il constitue un point faible dans la restauration du site et oblige à une vigilance particulière sur la tenue de ces bassins dans le temps.
D’autres points de vigilance sont à noter : des griffes d’érosion se forment sur la hauteur des paliers, nécessitant des travaux consolidation.

Paliers récemment aménagés (partie basse) : l’ONF a couvert le bord extérieur des merlons d’une toile de coco qui permet aux espèces herbacées de s’enraciner et d’éviter l’érosion. Ces travaux concernent les paliers visibles.

L’impression d’ensemble est plutôt favorable et laisse espérer sur cette partie de la carrière, en l’absence de phénomènes naturels très destructeurs, une visibilité du couvert végétal d’ici 5 ans.

Sur la zone 2, la réhabilitation ne concerne que la partie sommitale. L’avancement des travaux est lié à l’exploitation de la zone 5. Cette partie de la carrière constitue la zone la plus exposée à l’érosion éolienne. La restauration d’un couvert végétal est un point essentiel dans la lutte contre la pollution par les poussières et devrait, selon nous, constituer une priorité.

Conclusion

Dans ses conclusions, le commissaire enquêteur souligne la nécessité de mener une « réflexion sur la stratégie de développement du site (..) dans de brefs délais » et ajoute que « la CLE pourrait être impliquée dans cette réflexion et servir de point d’ancrage pour un groupe de travail s’intéressant au suivi, à la stratégie de protection et de valorisation du site ». (p.82)

En accord avec cette analyse, nous proposons de convoquer une prochaine réunion dans le courant de l’automne sur ce seul point : réorganisation de la CLE en instance de concertation et de réflexion sur le devenir de la carrière.

CR sur les notes de A. Loones, JP Reygrobellet, O. Pernin-Vidal et B. Julien

Avis d’ enquête public



Comité de sécheresse du GARD

Pluie – inondation

.
Les 8 bons comportements en cas de pluies méditerranéennes intenses.  – format : PDF

Brûlage des végétaux

.
Interdiction d’emploi du feu.  – format : PDF

 

Le bilan de la station d’épuration

Bilan de la station d’épuration : document au format PDF

Réglementation brûlage des végétaux

Réglementation préfectoral sur le brûlage des végétaux au format PDF

Eau potable

Mise à jour du 20 octobre 2017.

Intervention prévue pour remplacement du ballon de 300 litres des surpresseurs au réservoir.

Remplacement de la vanne de la station de remplissage.

Pour en savoir plus : 2017-10-20 Mise à jour

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Sécheresse – comité du 26/09/2017

Comité SÉCHERESSE Point de situation du 26 septembre 2017  – format : PDF

Liste des communes concernées par des mesures de limitation provisoire des usages de l’eau  – format : PDF

Lien vers la préfecture du Gard : Mesures exceptionnelles de restriction des usages de l’eau car sécheresse inédite en début d’automne.