Get Adobe Flash player

Les balades

Cr de la balade du 13 Mai

Balade du Dimanche 13 Mai

Nous étions 12 adultes et deux enfants pour chercher les insectes qui manifestement avec le vent et les températures un peu fraîches n’étaient pas au rendez-vous.
Nous observons tout de même comme à l’habitude toute la nature.Après la grand rue nous arrivons à l’église puis empruntons le chemin des jardins, au pied d’un mur nous remarquerons la Cymbalaire : plante qui s’arrime dans les fissures des murs et les rochers calcaires, petite fleur rose et feuille palmée.

Nous prenons ensuite sur la gauche pour rejoindre le lavoir.Sur un laurier sauce nous allons voir des cochenilles.
Il y a plus de 7000 espèces de différents aspects (rond ou allongé, plat ou bombé), de couleurs variables (brun, jaune, gris, blanc, noir, rouge, vert).
Pour lutter contre la prolifération des cochenilles une recette écologique consiste à pulvériser une solution de savon noir, additionné d’1% d’alcool à brûler et aussi on peut rajouter une petite proportion d’huile végétale.
Dans la canalette oû s’écoule l’eau des bassins du lavoir, il y a quelques petites crevettes : les Gammares.

Nous découvrons une magnifique libellule  le Cordulégastre annelé qui vient juste de sortir de l’eau c’est sa dernière mue, ses ailes sont encore collées.

Les libellules font partie de l’ordre des Odonates, ce sont des insectes carnivores : mouches, moustiques, syrphes, papillons sont au menu.

Elle pond plusieurs centaines d’œufs, soit à la surface de l’eau, soit sur une tige ou encore dans la vase les larves peuvent vivre trois ans mais une fois à l’état adulte leur vie est très courte à peine 6 mois.

Nous faisons une pause devant la fontaine pour laisser Yvan nous lire un texte.

Notre balade continue sur le chemin de Masmolène, nous croisons un Pet d’Ane qui est un chardon bardé d’épine sur toute la tige.

Puis dés la sortie du village nous prenons à droite le chemin des Ohres à la recherche de quelques insectes dans les bordures herbeuses.

Les pucerons noirs sur les rumex sont fréquents et les coccinelles s’en délectent.

Nous trouverons des punaises : le Pentatome méridional, puis La Viole décorée.
Nous rencontrons le gaillet gratteron à tige quadrangulaire très rugueuse, avec des petits crochets sur les arêtes de la tige et sur les bords des feuilles servant à s’accrocher, elle mesure jusqu’à un mètre, de la famille des rubiacées comme la garance voyageuse qui elle est plus coriace et plus longue.

Une plante sans chlorophylle sur la gauche du chemin c’est l’Orobanche crénelé elle tire leur subsistance des racines des plantes hôtes.
Une colonie de punaises à aileron sur un énorme chardon. Les punaises sont des insectes qui ont un rostre pour piquer les plantes et en sucer la sève ou la pulpe des fruits, c’est ainsi qu’un fruit piqué par une punaise a mauvais goût.
Nous redescendons par le chemin de st Victor, et rentrons vers le village sans avoir effectué tout le parcours ; il se fera lors d’une prochaine sortie.
La balade se termine chez Régine et Yvan pour un apèro bien sympa, nous avons parlé encore d’insectes : les nuisibles et les utiles mais tout va dépendre  pour qui car nous considérons comme nuisibles, les mouches et moustiques mais ils sont utiles pour les oiseaux alors en fait la nature a bien su gérer les espèces il suffira qu’il n’y ait pas une surpopulation d’une espèces.
Nota :
La prochaine balade exceptionnellement se fera de nuit le dimanche 10 juin de 21h à 23h pour écouter les bruits de la nature.
Retrouvez des photos et les CR sur le site de www.vallabrix.com

BALADE NATURE du Dimanche 13 Mai

Parmi tous les insectes qui nous entourent, il y en a de familiers mais les connaissons nous? Utiles ou pas, certains font peur, d’autres sont plutôt agréables à regarder.

Nous essaierons d’en cerner quelques uns.

Départ de la Mairie à 9 h00 retour vers 11h.

Balade Nature

Ce Dimanche 11 Mars à 9h départ de la Mairie pour observer l’éveil de la nature.

CR de la Balade Nature du Dimanche12 Février

Balade du Dimanche 12 Février

Fossés pleins en février

Abondance dans les greniers.

Nous étions cinq pour partir dans le froid, il faisait  – 6° en partant de la Mairie.

C’est un petit kilomètre en voiture avant d’arriver dans les bois au Nord du village par le chemin de Bertagnas.

Le visage frappé par un mistral glacial, nous allons pendant deux heures parcourir la garrigue.

Nous n’aurons pas le temps de nous arrêter tellement le froid est vif, mais il nous faudra quand même observer au moins une vingtaine d’espèces différentes.

Nous empruntons le chemin le plus à droite pour remonter vers les Rompudes.

Le Pin d’Alep, le Chêne blanc ou pubescent, le chêne vert, le chêne Kermès ou Garou, l’Arbousier, le chèvrefeuille, le Cade ou Genévrier Oxycèdre, le Genévrier de Phénicie.

Bien qu’ayant pris les dispositions nécessaires pour que cette balade se déroule en toute sérénité

Après avoir tourné à gauche nous descendons une combe, et inquiétude nous entendons des chiens de chasse, y aurait’il une battue ? Certains d’entre nous sont perturbés à la vue de gilets orange, fusils et  4 x 4.

Nous continuons sur le chemin des Pétroliers, appelé ainsi car réalisé d’un coté à l’autre du bois de la route de Bagnols à la route de St Laurent pour la prospection de pétrole, sans résultat probant.

Nous rencontrons la Bruyère à balais, le Buis a colonisé toute la garrigue ainsi que les Cistes cotonneux, le Genet Scorpion, l’Asperge sauvage un peu moins.

les Filaires à feuilles étroites qui sont des arbustes cousins de l’olivier avec des feuilles en forme de lance, à l’aisselle on peut voir au printemps de petites fleurs blanches qui donneront des baies noires en hiver pour le régal des oiseaux car riches en huile.

Au carrefour d’un chemin et à un endroit plus à l’abri nous en profitons pour faire une pause café, un 4×4 très pressé s’engouffre dans les bois puis un utilitaire avec deux chasseurs un peu perdus, au même moment quatre courageux vététistes tracent leur route. Nous battons les bras la circulation du carrefour et pour nous réchauffer. Le risque de collision a été évité de peu. Le véhicule des chasseurs repasse dans l’autre sens plus calmement.

C’est la chasse d’aujourd’hui les jambes ne font pas beaucoup de gymnastique pour ceux qui ne font que promener en véhicule.

Après la lecture d’un poème sur l’hiver et un deuxième café nous repartons vers le sud, le vent dans le dos sera plus facile à supporter.

Le Daphné Garou, la Salsepareille, la Garance voyageuse, le Fragon sont à rajouter à la liste.

Le Troène lui aussi de la famille des Oléacées que l’on reconnaît à ses feuilles opposées, moins effilées que les filaires, ses fleurs blanches parfumées donneront naissance à des baies noires très toxiques provoquant chez l’homme des troubles nerveux et digestifs parfois mortels, les oiseaux eux s’en régalent.

Le Nerprun Alaterne très commun et facilement identifiable par ses feuilles alternes légèrement dentées et brillantes dessus et dessous, les fleurs sont discrètes et apparaissent en mars avril, il produit des baies d’abord rouge puis noires à maturité en octobre appréciées par les oiseaux (alors appelées «graines d’Avignon », elles étaient récoltées pour des teintures).

En descendant nous croisons des Hellébores fétides qui ont pris un coup de froid Cette plante se reconnaît très aisément car c’est une des première à sortir de terre, ses fleurs jaune verdâtre en forme de cloche sont très nauséabondes d’où leur nom bien mérité, le nom de cette plante qui attire pourtant de nombreux insectes veut dire « je tue celui qui me mange »

Le Thym, la Stéhéline Douteuse qui est une plante d’environ 50cm de haut : ses capitules font penser à de fins pinceaux d’artiste gainés par de jolies bractées teintées de pourpre.

Le Rouvet lui aussi forme des massifs de 50cm de hauteur avec des tiges et des feuilles très fines d’environ 1mm de large et 15mm de long, ses fleurs sont discrètes avec trois pétales triangulaires de couleur crème et dégagent une odeur de miel, ses baies rouges en été attire l’œil mais attention encore une fois très toxiques.

Nous remarquerons aussi la présence aux endroits plus clair des touffes très caractéristiques de notre région puisqu’il s’agit de l’Aphyllanthe de Montpellier cette plante aux fleurs bleues étoilées que chacun voudra ramener pour décorer son intérieur mais en arrivant à la maison il ne reste plus que la tige, les racines servaient comme brosse à chiendent et les enfants suçaient les calices sucrés de ses fleurs.

Notre contrat de la vingtaine de plantes est atteint mais nous ne retiendrons que quelques noms : c’est notre enrichissement mensuel.

En arrivant à nos voitures ; nous sommes satisfait, malgré ce terrible vent froid, il faisait encore – 4° à 11h.

La prochaine balade sera le 11 Mars, le thème est : l’éveil de la nature.

Vous pouvez aussi proposer des thèmes, d’autres idées de balade sur des sujets particuliers.

Rendez-vous aussi sur le site : www.vallabrix.com

CR de la Balade du 8 Janvier 2012

CR de la balade du Dimanche 8 Janvier.

Nous étions une quinzaine pour essayer de trouver des arbres mystérieux ou bizarres dans leur façon de croître.
Traversée du village par la grand rue : devant l’église un mûrier de 40cm de circonférence environ qui ne nous a pas raconté pourquoi il poussait à l’intérieur du tronc de son ancêtre toujours vivant et ressortait par une branche.
Il se peut qu’il se protège ainsi de toutes sortes d’attaques, ou une racine superficielle qui a poussé, sinon une graine a germé à l’intérieur.
Nous démarrons un petit jeu qui va consister à répondre à des énigmes sur les arbres recherchés aujourd’hui : l’avaleur de pancarte, loupe, amoureux, cannibale, à petits ponts, à deux pattes, harpe, broussin, sculpteur de cannes, buisson du diable ou balai de sorcière, battus, résidence de l’amadou, coup de foudre, annelés.
Nous passons sur la place de l’horloge, puis en remontant en direction du Planet   nous voyons une magnifique glycine fraîchement taillée (c’est la bonne période et il faut tailler très court pour avoir une belle floraison) en remontant la rue du porche nous apercevons dans une cour un autre mûrier qui a l’air costaud.
De la route de Bagnols nous empruntons sur la gauche le sentier que Michel a dégagé pour rejoindre le bord de l’Alzon.
Après une descente un peu glissante nous longeons la rivière et une loupe sur un peuplier sera quand même observée c’est une malformation due a un amas de cellules qui tourbillonnent. La loupe ne cause aucun dommage à l’arbre.
Nous voyons ensuite deux frênes très amoureux, les branches appuient sur l’arbre voisin puis sont soudées ou avalées, il est cannibale, puis le bout de la branche dépérit et tombe, parfois il continue à vivre.
Les petits ponts sont fréquents, les branches se soudent sur le voisin, quelquefois ce sont les troncs et l’on arrive à voir ainsi l’arbre à deux pattes une fois que le plus faible meurt au-delà de la soudure.
Un arbre couché par le vent ou une crue va rester dans sa position et pour rechercher le soleil ce sont quelques branches qui vont s’élever et former comme une harpe.
Nous voyons un broussin sur un frêne, c’est un arbre qui ayant peu de soleil va émettre de très nombreuses brindilles à tous les niveaux de son tronc.
Nous remontons vers la madone sans y trouver un sculpteur de cannes qui est un arbre ligaturé par une autre plante comme le chèvrefeuille et qui va le comprimer en tournoyant.
Nous redescendons vers la rivière et nous verrons un petit balai de sorcière sur un vieux peuplier. Ce phénomène est plus fréquent sur les pins. C’est un champignon qui cause la maladie.
Nous parlons ensuite de l’amadouvier que tout le monde a déjà vu : champignons disposés en étage collés sur les troncs, très dur au toucher, clair dessous et sombre dessus.

Le gros chêne n°1 sur le parcours des arbres remarquables a aussi des branches soudées et formant un œil dans lequel on peut faire une belle photo du soleil par exemple.
En remontant vers le village nous passons devant un chêne blanc de forme étrange il a du subir des coups à cause de son emplacement, en même temps il a avalé des cailloux.
Nous avons aussi cherché un arbre foudroyé qui peut être blessé sur une grande partie de sa hauteur mais il arrive à cicatriser.
Nous avons pratiquement parcouru tout le petit livre de la Hulotte n°88 dont vous pouvez retrouver l’abonnement sur Internet car il n’est pas vendu en kiosque ou en librairie.
Sur la quinzaine d’énigmes seulement deux ont reçues un sans faute.
Nous avons fait une pause chez Hervé qui nous avait préparé une brioche, avec un petit verre. Cela nous a permis d’aborder la prochaine balade consacrée aux vers, poèmes et histoires que chacun pourra rechercher et lire au cours de notre parcours du dimanche 12 Février.

Balade Nature

Ce dimanche 11 Décembre à 9h départ de la Mairie sur les chemins pour une balade nature sur le thème des feuilles: d’arbres,  d’arbustes, toutes les plantes en général et l’art lié à celle-ci.

Programme des balades pour 2012

Programme des balades organisée par le club nature de
Vallabrix pour l’année 2012

8 janvier : découverte d’arbres mystérieux (avaleur de pancarte ,amoureux….)

12 février : « verte promenade en vers »

11 mars : éveil de la nature (promenade d’ordre général)

8 avril : jeu de piste nature, spécial famille

13 mai : jardin des insectes (les reconnaître, favoriser leur présence ou….pas !)

10 juin : Balade à l’écoute des bruits de la nuit de 21 à 23h.

8 juillet : découverte de la zone humide de La Capelle-Masmolène

12 aout : « les herbes »

9 septembre : les fruits

14 octobre : les champignons

11 novembre : feuilles et couleurs d’automne

9 décembre :nature et décors de Noël

Balade découverte organiser par le CSIMF

Balade Nature le Dimanche 10 juillet

Ce dimanche 10 Juillet une Balade Nature Spéciale Enfants vous est proposée.
10h sera le départ de la Mairie, retour vers midi.
Tous les sens seront mis à contribution pour découvrir la Nature.
Il faudra bien observer tout au long du parcours????
A Dimanche.

CR de la Balade du 12 juin 2011

Balade Anniversaire du 12 juin

Une petite dizaine de personnes pour cette balade, mais tant pis pour ceux qui ne sont pas venus.

Nous sommes partis en voiture vers le châtaignier N°13 sur le parcours des arbres remarquables, là était le départ de la balade sur le chemin de Gouspier avec un arbuste rare sur Vallabrix, le bois de Ste Lucie, plusieurs pieds de Camomille, un magnifique Pet d’âne, le sous bois a une odeur forte de terreau, puis parmi les Cistes et les Bruyères nous rencontrons la Brunelle découpée.

Les Centaurées pectinées, ainsi que les Epervières se trouvent au milieu de Bonjeanies hérissées, en longeant le champ d’abricotier nous avons une multitude de fleurs, Achillée millefeuille, Orlaya grandiflora.

Ensuite Bernadette nous montrera un superbe plan d’Orchis Pyramidal qui nous fera découvrir sur la droite  un champ de cette espèce d’orchidées que nous avions déjà répertoriée sur Vallabrix, mais avec seulement deux exemplaires alors que là sans compter il y avait plus d’une trentaine d’individus.

Plusieurs Epipactis de Trémols bordent le chemin : ce sont aussi des orchidées sauvages

Nous traversons ensuite la route de Masmolène et longeons une vigne sur le talus la photo d’une gale bien enroulée.

Le chemin de la crête avec les cyprès descend ensuite vers un valadas où les orties sont communes, les poules aiment bien les graines d’orties.

Une Epière a tissé sa toile dans les graminées alors que nous entendons le Faisan dans les cerisiers.

Au même instant un Milan est observé dans le ciel à peine voilé.

Sur les fleurs de Hièble nous prendrons en photo les Cantharides et Cétoines dorées.

Au croissement de la croix de Lussan nous remontons vers le châtaignier et le lieu de pique-nique où une fois la table dressée et les chaises mises il est l’heure de faire sauter le bouchon du champagne et de se régaler avec les différentes recettes préparées pour l’occasion : Quatre Ans du Club NATURE.

Suite à la demande de plusieurs personnes : La balade de Juillet se fera de 10h à 12h et le thème sera pour les enfants.

Balade Nature Dimanche 8 Mai

Rendez-vous devant la Mairie dés 9h pour une balade vers l’Alzon.

Découverte de la vie aquatique .

Les bottes seront nécessaires pour les pêcheurs.

CR de la Balade Du Dimanche 13 Février 2011


CR de la Balade du Dimanche 13 Février 2011

Nous étions 9 pour cette balade sans vinaigrette consacrée essentiellement aux Salades Sauvages.

Nous allons en direction du chemin de la Bastide d’engras.

Du brouillard et de la fraîcheur pour parcourir des chemins très calmes où aucune bestiole ne nous impressionnera.

Avec l’aide du livre des écologistes de l’Euzière nous avons pu reconnaître certaines espèces : la St Joseph caractéristique par ses feuilles larges et sans pétiole, elle ressemble à la laitue Romaine des salades cultivées.

Au passage de l’Alzon nous n’avons pas rencontré de Doucette d’eau mais du Cresson.

Plusieurs Laiterons ou Cardelles plantes très appréciées par les lapins.

Les poireaux sauvages dit « de vignes » sont aussi prêts pour la récolte.

Un champ vient d’être labouré alors que j’avais prévu d’y trouver des Salades à la Bûche qui est à mon avis la plus recherchée car pouvant avoir de longues racines bien blanches dans l’environnement sableux de Vallabrix, l’occasion de récolter cette chicorée.

Bien sûr le Pissenlit faisait parti de la balade, il est ramassé à l’état jeune car l’amertume est sensible, c’est la Dent de Lion qui est le plus reconnaissable parmi le nombre de variétés (plus de mille)

Nous rencontrons aussi l’Herbe Rousse, très répandue dans les vignes (non désherbées) les rangées étant toutes jaunes des fleurs de cette salade entre février mars.

C’est aussi le meilleur moment pour composer ses salades avec de la Roquette ou de la fausse Roquette.

La Roquette à fleur jaune a des feuilles étroites lancéolées, sont goût est très aillé.

La Fausse Roquette à fleur blanche, ses feuilles sont plus larges et ont un goût piquant (moutarde).

Nous observons les ravages des sangliers sur les talus. Ils adorent les racines de L’Arum d’Italie, avec la fécule de ces tubercules on faisait pendant la révolution une sorte de pain et de gâteau.

Ces tubercules servaient d’alimentation pour les porcs, c’est la raison pour laquelle les sangliers se régalent.

Notre prochaine balade du13 Mars sera consacrée aux Fleurs de printemps  (premières orchidées).

Evènement à ne pas rater le 10 Avril : inauguration officielle de la balade des arbres remarquables.

Balade Nature ce Dimanche 13 Juin

Balade mensuelle ce Dimanche à 9 h devant la Mairie.
Toujours plus de curiosité devant notre belle Nature.
Balade de deux heures pour tous.

CR de la Balade du Dimanche 9 Mai

CR de la balade du dimanche 9 Mai 2010

Départ à 9h précise pour l’étang de la Capelle, nous sommes 7 adultes et trois enfants à partir par une matinée très nuageuse et quelques gouttes au cours de la balade mais pour une première en dehors de Vallabrix il fallait y aller car les oiseaux étaient au rendez-vous en cette période.
Dés notre arrivée au bord de l’étang nous sommes accueillis par un Rossignol dans les branches mortes d’un Saule, nous avons pu l’observer avec nos jumelles et encore mieux avec la longue vue qu’Yvan met en place pour nous faire profiter de beaux spectacles.Le rossignol chante non seulement la nuit mais aussi toute la journée c’est l’oiseau des amoureux.
Ensuite Yvan nous parlera de la biodiversité de cet endroit avec deux facteurs qui contribuent à la menace de ce lieu : les saules en nombre très et trop important et l’ensablement qui était autrefois maîtrisé par les agriculteurs puis Mr le Maire de la Capelle nous dira quelques mots sur l’étang dont il n’est pas peu fier.
Cet espace naturel est classé par NATURA 2000 et donc après une réunion publique en 2009 les habitants peuvent être rassurés pour la préservation de leur étang qui est un des rares d’eau douce et dont la superficie avoisine les 45 hectares.
Nous avons bien sûr remarqué que cette zone humide comporte beaucoup de roselières et saulaies et comme les anciens agriculteurs récupéraient le limon pour amender leurs terres l’étang était moins envasé ; ce travail se faisait à la main et donc n’abîmait pas le milieu aujourd’hui ce n’est plus possible avec les moyens actuels.
Yvan nous lira l’histoire du rossignol qui ne nous a pas quitté.
Alors que sur notre gauche on entend  un Serin cini il a un chant « serinant »
On le reconnaît avec son croupion jaune.
Pas très loin dans un roncier ou un buisson c’est la Bouscarle que l’on pourrait reconnaître par son langage : « c’est moi la bouscarl’de cetti »  nous ne la verrons pas.
Nous écouterons aussi les Loriots qui affectionnent les grands peupliers.
Sur le chemin nous observons également des Mésanges et plus haut dans ce ciel gris des Martinets cet oiseau qui vole tout le temps, il recherche sa nourriture, fait sa toilette, ses parades nuptiales, l’accouplement, tout en vol et lorsqu’il est fatigué il dort mais en vol, seul l’œuf est pondu dans un trou sous un toit mais pas de nid et lorsque le petit prend son envol c’est pour deux ans au moins, nous le connaissons tous pour avoir été survolé de très près.
Le cri des Foulques macroule que Yvan vient de reconnaître nous marquera tout au long de la balade, c’est une sorte de poule d’eau noire au bec et front blanc et œil rouge nous les suivrons aux jumelles avec leurs petits.
Des Canards s’agitent pendant que les Busards des roseaux eux aussi nous font une démonstration de vol, c’est un rapace assez sombre, il vole les ailes relevées au dessus de l’horizontale. Il vole à plus de 50 Km/h.
Une Sarcelle d’été c’est un canard de surface, on reconnaît aisément le mâle avec un très long et large sourcil blanc.
Nous passons par le chemin des pêcheurs de carpes et brochets mais en ce dimanche pas d’amateur.
De nombreuses Grenouilles et Rainettes que les enfants prennent délicatement dans le creux de la main pour que nous puissions faire des photos.
Hervé en profite pour raconter l’histoire de la grenouille et l’ingénieur.
Nous écoutons le chant de la Rousserolle Turdoïde.
Question de Yvan, Les oiseaux chantent mais qui : le mâle ou la femelle ?
C’est le mâle et pourquoi  chante- il ?
Pour protéger leur territoire (environ 200m2 pour un petit passereau).
Plus le chant est de qualité  mieux il sera reconnu par ses congénères et ses voisins et plus les femelles jugeront de l’état physique du mâle pour protéger son territoire.
C’est la femelle qui choisit son mâle aussi en fonction du chant.
Le chant du mâle va stimuler la femelle du point de vue hormonal et ainsi avoir plus de descendance.
En fait le chant joue un grand rôle sur la survie de l’espèce.
En bout de berge Eloise découvre un serpent qui s’avère être une Couleuvre Vipérine en train de se reposer en colimaçon avec la tête posée sur son corps.
Bien sûr notre discrétion fera qu’elle se laissera prendre en photo et une observation à la longue vue nous dévoilera son œil bien caractéristique ainsi que les écailles larges sur sa tête.
L’histoire du coq et du canard raconté par Yvan clôture un peu cette magnifique balade.
Du bout de cette berge où une barque nous inviterait presque à faire un tour de l’étang nous voyons s’élever deux Milans noirs que l’on reconnaît à la queue en V, concave.
Au cours de cette balade essentiellement consacrée aux oiseaux nous avons quand même vu des endroits bien fleuris de plantes à fleurs jaunes.
Sur le parking nous voyons aussi des Galéruques sur les Ormeaux qui commencent leur régime de feuilles ainsi que sous les feuilles les tâches jaunes qui sont leurs œufs.
Olivier nous dira qu’il est obligé de repeindre ses plafonds à cause de ces bestioles qui ont séjournées tout l’hiver dans nos habitations.Les ormes ont failli disparaître à cause de la graphiose et maintenant ce sera avec la galéruque.
Notre balade s’achèvera par un ciel toujours gris.
Notre prochain rendez-vous est le 13 juin, pour de nouvelles découvertes et de bons souvenirs.

IMG_4301Etang de la Capellecouleuvre vipérine 9 mai 2010 2010 021

grenouille rieuse

Balade du Dimanche 9 Mai

Notre balade mensuelle nous conduira à l’étang de La Capelle.
Covoiturage depuis la Mairie de Vallabrix à 9h précise.
Se munir si possible de bottes et de jumelles.