Get Adobe Flash player

CR de la balade de Décembre

Nous étions une dizaine pour cette balade consacrée aux baies.

Dés le départ en descendant sur le chemin sans nom qui longe l’école, sur le mur du château le lierre qui est toxique d’un coté et bienfaisant de l’autre.

Tout d’abord les fruits sont toxiques pour les humains mais très prisés des grives, autrefois on s’en servait comme teinture violette pour la laine, la sève cuite servait à colorer en rouge les peaux de moutons et de chèvres.

Les feuilles en décoction donnaient une lessive de lierre qui ravivait les tissus noirs, tuait les poux et lentes, guérissait de la teigne et soulageait des maux de dents.

Quelques mètres plus loin c’est la baie de l’If qui attire notre regard la graine est toxique par contre l’enveloppe appelée arille ne l’est pas et c’est la seule partie de l’arbre non toxique.

Juste en face c’est le laurier sauce qui porte à son tour des baies noires non comestibles, à la renaissance les rameaux garnis de baies nommés « bacca laureati »servaient à couronner ceux qui réussissaient leurs examens d’où le nom de baccalauréat  actuel.

Quelques pas plus loin c’est au tour du micocoulier de nous montrer ses fruits en grand nombre puisqu’il n’y a pas de feuille sur l’arbre.

Enfin un fruit mangeable au goût de datte mais très peu de chair à manger.

En passant devant le potager d’Hervé il nous montre la graine de ricin, l’enveloppe de la graine est toxique.

On extrait l’huile qui doit être très raffinée avant consommation.

Elle sert encore pour la lubrification des moteurs, on la retrouve comme émulsifiant E476 et additif alimentaire E1503 et aussi pour fluidifier le chocolat.

Nous rencontrons ensuite les fruits du fusain qui son nommés « bonnet d’évêque »

Une trentaine de graines est considéré comme dose mortelle, pourtant les merles les aiment bien, puis vous allez manger des merles, je préfère les laisser se régaler de baies et d’insectes.

La poudre des graines séchées servait jadis à tuer les poux dans les cheveux.

Sur le talus d’une vigne nous apercevons la morelle douce amère qui est une plante de 40 à 50cm de hauteur de la famille des solanacées et portant des baies vertes en été puis rouges à l’automne et enfin noires, nous voyons seulement des baies sèches.

Elles sont très toxiques et les vaches ne les mangent pas en montagne.

Dans le petit bois nous passons à coté du fragon qui est vert de haut en bas, il porte de fausses feuilles bien acérées et des boules rouges elles aussi très toxiques.

Avant de reprendre le chemin goudronné c’est l’églantier qui dévoile ses baies, le cynorrhodon que tout le monde connait comme gratte-cul et dont on fait de bonnes confitures mais avec énormément de temps puisqu’il faut séparer l’enveloppe des pépins et des poils très irritants sur la peau.

Nous faisons une pause dans le potager de Nathalie et Olivier qui à cette époque attend le labour d’hiver.

Notre balade s’achève déjà en passant par le lavoir.

Le mois prochain c’est-à-dire en Janvier 2014 nous parlerons beaucoup de nichoirs en tout genre.

Les commentaires sont fermés.