Get Adobe Flash player

CR de la réunion publique du 25 Avril 2019

AMBROISIE: Intensifier la lutte collective

L’ambroisie plante invasive et allergène, originaire d’Amérique, a été détectée sur le nord du département du Gard en 2003 et fait l’objet d’un arrêté préfectoral de destruction depuis 2007. Toutefois, par manque de motivation collective, sa progression se poursuit  et les cas d’allergie se multiplient au moment de sa pollinisation.

Devant le développement de cette plante sur notre territoire aussi bien dans les terres agricoles que les jardins, les bords de route, remblais ou  bords de rivières, la Communauté de Communes Pays d’Uzès a organisé une réunion à Vallabrix afin d’intensifier la lutte sur ses 32 communes.

Anne-Marie DUCASSE-COURNAC, animatrice ambroisie de la FREDON Occitanie a insisté sur le problème que cette plante pose pour la santé publique: 13 à 21 % des habitants de la vallée du Rhône, région la plus infestée par l’ambroisie, souffrent d’allergie sévère à l’ambroisie: rhinites, conjonctivites, asthme.

Au delà de la santé publique, les ambroisies posent des problèmes environnementaux et agricole par une forte concurrence sur la flore locale et les cultures.

Pouvant lever dés le mois d’avril, cette plante poursuit sa croissance jusqu’en juillet-début aout, période à partir de laquelle elle est facilement identifiable car elle présente des épis floraux caractéristiques. C’est à ce moment que la destruction doit avoir lieu idéalement par arrachage ou travail mécanique afin d’éviter la floraison qui libérera le pollen en aout-septembre.Cette destruction est essentielle pour limiter son expansion territoriale  car une seule plante peut produire jusqu’à 3000 graines qui auront une durée de vie supérieure à 10 ans.

Hervé DEPASSE, référent bénévole sur la commune de Vallabrix a ensuite témoigné sur l’importance du relai communal qui fait la liaison avec la FREDON. Sur sa commune, il a un rôle d’information auprès des habitants , de détection des parcelles avec présence d’ambroisie et, en relation avec la Mairie et les propriétaires des parcelles contaminées, de prévoir la destruction des plantes avant floraison. Au delà de cette action communale, au cours de ses déplacements extérieurs,  il  signale la présence d’ambroisie sur la plateforme « signalement ambroisie ». Cet outil, ouvert à tous les citoyens, transmet alors l’information auprès de la commune concernée et de  son référent qui pourra à son tour agir en faisant détruire les plants signalés.

En conclusion , Michel GUERBER, vice-président de la CCPU, confirmait qu’un référent intercommunal, David WAERNIER, apporterait un appui aux communes et que celles qui n’ont pas de référent seront contactées afin qu’il y ait un maillage complet sur notre territoire. Tout ceci afin d’informer le plus largement possible les habitants, les employés communaux ou agents des routes pour une action collective efficace qui seule permettra de limiter le développement de cette plante invasive et allergène.

Une prochaine réunion est déjà programmée pour le 11 juillet au cours de laquelle seront invités tous les référents communaux mais aussi le grand public pour une tournée sur le terrain dans un secteur infesté.

Pour plus d’informations, voir le site de la FREDON: https://www.fredonoccitanie.com/surveillance/sommaire_ambroisie/

Les commentaires sont fermés.